Connaissez-vous cette sensation ? Celle du pantalon trempé qui vous colle à la peau et dont vous ignorez le moment où il va sécher; celle des gouttes d’eau qui coulent sur votre front et qui vous obligent à régulièrement à y faire passer votre main tel un essuie-glaces; celle de votre pull alourdi qui vous fait laisser les bras ballant?

Marseille a quelque peu dérogé à sa réputation de “ville la plus ensoleillée de France” aujourd’hui. Des trombes d’eau que beaucoup sans doute ont traîné comme un boulet toute la journée… Comme un clin d’œil au thème de la journée, Ignace, percuté par un coup de canon qui se relève pour aller plus loin ?

Il en fallait en tout cas plus pour démotiver 1500 jeunes bien décidés à tout vivre à fond! Wake up des pingouins, prière d’offrande et puis des ateliers étaient au programme de la matinée. Chacun a pu découvrir un peu plus son équipe.

Qui l’eût cru ?

Derrière, le staff et les volontaires se démènent pour que tout se déroule au mieux, quitte à improviser un peu. Et quand après le déjeuner la halle se remplit en attendant une accalmie et que l’orchestre ne peut pas être au complet, les jeunes donnent de la voix: “on ne peut pas en vouloir à l’organisation pour la pluie, et on compte bien continuer à tout donner”, lance Gaspard, jeune collégien.

Enfin les déambulations ont pu commencer. Jeunes et animateurs partent aux quatre coins de Marseille, à la rencontre d’acteurs qui font vivre la foi dans la cité phocéenne. Tout le monde converge ensuite vers la cathédrale de la major pour partager un temps autour d’un podcast, toujours en équipe. 

“Plus il pleuvait, plus ils étaient motivés”, nous affirme un animateur qui n’en demandait pas tant sur le chemin du retour, au moment de croiser des volontaires survoltées. Dans une équipe un peu plus loin, on retrouve Louise et Lucie. Elles ne se connaissaient pas hier et rentrent ravies de cette journée ensemble. Elles ont même trouvé une forme de beauté dans les paysages formés par la pluie où la mer se confond avec le reste du décor. Et quand on demande un peu plus loin à Agathe un mot pour résumer sa journée, elle ne répond ni “pluie”, ni “mouillée” mais “incroyable”! Qui l’eut crû ?

Le soir, sous la halle, plusieurs témoins sont venus à la rencontre des jeunes. Tout d’abord, le curé de la cathédrale de la Major, heureux d’accueillir les jeunes chez lui. Mgr Ravel, archevêque de Strasbourg, accompagnateur du MEJ, partage au jeune son boulet de quand il était étudiant, son ennui. Son ennui dans lequel quelqu’un est venu à lui. “J’ai découvert Dieu sans le chercher alors que beaucoup le cherchent mais ne le trouvent pas: j’ai de la chance”, explique-t-il avant de lancer ces mots forts: “Je sentais un bonheur dans mon coeur, je vous souhaite ce bonheur”.

En vidéo, le nageur Frédéric Bousquet explique comment ses problèmes de santé l’ont finalement orienté vers une médaille olympique. “La seule chose que je peux vous dire les jeunes, c’est de rêver!” Et sur scène, Nour Allazkani raconte le vrai boulet qui a frappé sa maison et qui l’a conduit à fuir son pays natal, la Syrie, avant de se reconstruire en France. “Mais ce n’est pas un concours de c’est mon boulet le plus gros: on en a tous reçu”.

On promettait une chouette journée à vivre. Mission réussie semble-t-il, vivement demain !

Related Posts

Actualité

Jour 4 : marée haut

Vous connaissez cette sensation? Celle du pantalon trempé qui vous colle à la peau et… Comme une impression de déjà lu ? On se serait bien passé du retour de la pluie pour cette dernière Read more…

Actualité

Jour 3 : rayons de soleil

Ouvrir le rideau de la salle de classe dans laquelle on dort et voir le soleil… ça n’a l’air de rien mais après les péripéties météorologiques de la veille, il y avait là de quoi Read more…

Actualité

Jour 1, comme une envie… de se casser la voix ?

Nous avançons comme des fleuves, vers un même océan… ou plutôt vers une même mer, la Méditerranée. 3,2,1 partez, le coup d’envoi va bientôt être donné ! En ce début d’après-midi, la file de jeunes Read more…