L’histoire du MEJ est ancienne ! Découvrez comment le Mouvement a vu le jour et grandi au fil de ces années.

  • 1844

    A l’origine du MEJ…

    Nous sommes en 1844 et à cette époque, partir en mission est très à la mode : suivre le Christ aussi loin que possible pour évangéliser et rencontrer des populations jusque-là inconnues est le nec plus ultra de tout croyant !Or dans une maison de formation jésuite, à Vals-Près-Le-Puy (Centre de la France), la frustration monte parmi les étudiants : point de mission pour ces jeunes futurs jésuites mais de longues heures d’études dans un quotidien qui leur semble si banal au regard des exploits de certains missionnaires.Fâché de les voir ainsi rêver de voyages au lieu de se concentrer sur leurs études, leur père spirituel (le Père Gautrelet) leur fait un discours sur l’importance du quotidien :

    « Si chacun imprègne son labeur d’esprit de prière et l’offre, si plusieurs communautairement, s’orientent dans le même sens, ce serait une convergence de forces capables de soulever des montagnes ! […] Soyez déjà missionnaires par votre prière, par l’offrande de votre vie quotidienne. Votre mission se trouve ici, dans vos études et dans les choses simples de chaque jour. En l’accomplissant en disponibilité à la volonté de Dieu, vous êtes déjà des apôtres qui aident toute l’Eglise. Priez pour les hommes que vous rencontrerez demain »

    C’est une révolution ! Les petits riens du quotidien seraient déjà une forme d’apostolat ? Offrir sa journée aurait autant de prix que partir à l’aventure au nom du Christ ? L’Apostolat de la Prière est né !

  • 1865

    Les enfants intègrent l’Apostolat de la Prière

    Responsive image

     

    Une branche jeune est créée au sein de l’Apostolat de la Prière grâce au Père Ramière : plus de cent mille enfants dans le monde s’unissent à l’élan missionnaire par leur prière.

    Appelés « Croisés », ils ont pour mission de s’unir aux pensées intimes de Jésus.
    « L’amitié avec Jésus » est déjà au cœur du mouvement ! Une célèbre sainte intègre l’Apostolat de la Prière à 12 ans : Thérèse de Lisieux. Sa mission ? Offrir sa journée et devenir « une petite hostie » !

    Responsive image

     

    « Mon Dieu, je Vous offre toutes les actions que je vais faire aujourd’hui dans les intentions et pour la gloire du Cœur Sacré de Jésus ; je veux sanctifier les battements de mon Cœur, mes pensées et mes œuvres les plus simples […]. » Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus

  • 1890

    Le Pape confie officiellement les prières universelles de l’Eglise à l’Apostolat de la Prière

    Responsive image
    Reconnaissant la force de l’action de l’Apostolat de la Prière dans le monde, le Pape Léon XIII lui confie officiellement ses intentions de prière mensuelles. Les Croisés se font alors appeler « la milice du Pape » car ils propagent ses prières autour d’eux et les confient à leur ami Jésus.
  • 1915

    Les Croisés se mobilisent pour l’Eucharistie

    Responsive image

    En 1910, le Pape Pie X promulgue de nouveaux décrets encourageant la communion des enfants. L’Apostolat de la Prière invite alors les enfants à intercéder pour la paix en cette période où la guerre sévit en Europe puis dans le monde entier.En 1914 le Congrès Eucharistique international de Lourdes appelle “une grande ligue eucharistique des enfants, qui éveillerait depuis l’enfance un mouvement général vers l’Hostie”. Le Congrès Eucharistique fait éclore quelques groupes, qui s’organisent. On parle des “Ligues eucharistiques” et des “Croisades de prière des enfants”. Certains sont en lien avec l’Apostolat de la Prière. Au sein de la Croisade de Bordeaux, créée le 13 novembre 1915, naît la “Croisade Eucharistique”, appelée aujourd’hui Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ).

  • 1920

    La Croisade Eucharistique devient internationale

    Responsive image

    Très vite, la Croisade Eucharistique s’organise. La devise est « Prie, communie, lutte et conquiers » puis « Prie, communie, sacrifie-toi, sois apôtre ». Un petit journal, « Le Croisé », est lancé pour soutenir la ferveur des débuts.Sa diffusion est tout de suite considérable. La revue « Hostia » qui paraît à partir de janvier-février 1917 est notamment destinée aux Responsables de la Croisade Eucharistique.

    En 1920, la Croisade Eucharistique naît à Madagascar (qui compte environ 200 000 MEJistes aujourd’hui) et au Burundi (130 000 MEJistes en 2005). En 1933, près d’un million d’enfants (7-12 ans) dans le monde font partie de la Croisade. Pie XI la considère comme « l’école primaire de l’Action Catholique ». En 1945, deux sections nouvelles sont créées pour les plus de 12 ans : les « Chevaliers du Christ » et les « Messagères du Christ ».

  • 1930

    1930-1960 l’âge d’or de la Croisade Eucharistique

    Responsive image

    Les années suivantes, cette nouvelle proposition pastorale se répand dans de nombreux pays. Si la Croisade reste toujours sous la responsabilité du Père Général de la Compagnie de Jésus, chargé par le Pape de conduire l’Apostolat de la Prière, plusieurs évêques adoptent la Croisade Eucharistique comme mouvement officiel de formation de la jeunesse, et la confient à des aumôniers diocésains ou nationaux.

    « Dans ma petite enfance, j’ai fait partie, à ma grande joie, de la Croisade Eucharistique, témoigne une sœur. Nous avions une réunion par semaine ; le prêtre nous expliquait les « Intentions Missionnaires » qui serviraient à alimenter nos efforts durant la semaine. Notre prière rejoignait les intentions mondiales. Nous nous sentions d’Église. « Prie. Communie. Sacrifie-toi. Sois apôtre » : quatre mots clés qui ont marqué ma vie en profondeur. La visite au Saint-Sacrement en allant à l’école ou en revenant était pour moi d’un grand attrait. C’est à la Croisade également que j’ai appris à me vaincre, à penser aux autres. Mon âme se forgeait petit à petit et désirait devenir apôtre. Oui je dois énormément à ce mouvement de prière ! » Robert Chevalier sj, Plus d’un siècle d’Histoire… Le Mouvement Eucharistique des Jeunes, documentation

  • 1962

    La grande refondation du Mouvement

    En 1960, 3200 représentants du Mouvement se rendent à Rome pour fêter les 50 ans des décrets sur la communion des enfants. Le Pape Jean XXIII, alors sensible au dialogue interreligieux qu’ouvre le Concile Vatican II, les reçoit en audience et s’adresse à eux en les appelant : « Mouvement Eucharistique » et non « Croisade Eucharistique ».

    L’allusion subtile ne manque pas d’interpeller les responsables du Mouvement qui reviennent en France avec une volonté profonde : réadapter le Mouvement au monde contemporain, qu’il s’agisse de son nom ou de sa proposition pédagogique. Des années seront nécessaires pour permettre au Mouvement d’adapter toutes ses propositions (pédagogie, camps, appellations…) aux jeunes de l’époque. En 1962, est reconnue officiellement l’appellation « Mouvement Eucharistique des Jeunes » par l’assemblée des cardinaux et des évêques de France.

  • 1965

    Naissance de la prière MEJ

    Responsive image

    Les évolutions, notamment pédagogiques, du MEJ se répandent dans le monde entier. Toutes les Croisades Eucharistiques prennent le nom de « Mouvement Eucharistique des Jeunes » et suivent en grande partie la refondation.

    Le Père Jean Latapie crée en 1965 la prière MEJ : elle s’inspire de l’envoi en mission de Saint Paul. Elle invite les jeunes à faire de leur vie une « Eucharistie » c’est à dire en apprenant à redire le « OUI » du Christ à son Père dans leurs gestes quotidiens. En cela, le MEJ et l’Apostolat de la Prière présentent une intuition spirituelle commune. Pourtant à cette époque, l’Apostolat de la Prière s’arrête en France. Le MEJ grandit alors de son côté.

  • 2000

    Les années 2000 – Vers un MEJ International

    Responsive image

    Benoît XVI désire que l’Eglise redécouvre et revive de cette « pépite » qu’est l’Apostolat de la Prière et sa branche jeune le MEJ. En 2006, a lieu à Rome la première réunion mondiale du MEJ. Des directeurs et aumôniers de quatre pays (Chili, France, Italie et Madagascar) prient, mettent en commun leur expérience et rédigent les caractéristiques communes du mouvement.

    En 2009, au bureau international de Rome, on compte alors 54 pays où le MEJ est présent soit plus de un million de membres dans les cinq continents.

    Responsive image

    En septembre 2012, se tient à Buenos Aires le premier Congrès International du MEJ. Fruit d’un patient travail de recensement du Père Claudio Barriga et de son équipe à travers le monde, 205 participants représentant 30 pays voient naître un vrai mouvement international, de nouveau reconnu comme la branche « jeune » de l’Apostolat de la Prière.

    Responsive image
  • 2015

    Les 100 ans du MEJ : un renouveau pour le Mouvement

    Responsive image

    Pour célébrer les 100 ans du Mouvement, une grande fête est organisée à Rome en présence du Pape François. A cette occasion, l’application de prière Click To Pray, conçue par le Réseau Mondial de Prière du Pape (nouveau nom de l’Apostolat de la Prière) est confiée au MEJ.

    Des milliers de MEJistes du monde entier se retrouvent et (re)découvrent leurs richesses, leurs différences et surtout leur précieux point commun : la volonté de vivre selon le style de Jésus en cultivant une amitié personnelle avec le Christ, à travers l’Eucharistie.

    Depuis 2017, le MEJ reprend sa mission de prier pour les intentions de prière du Pape, à travers les Défis au Cœur du Monde. Mouvement apostolique, le MEJ met au service de l’Eglise et du monde les prières et les actions de solidarité des jeunes.

    Responsive image